Chaque mois, les élus municipaux des groupes politiques ont la possibilité de s’exprimer sur des sujets locaux de leur choix (en application de l’article L.2121-27-1 du CGCT). Vous pouvez également lire ces articles dans les différents numéros du magazine municipal « Mâcon notre Ville ».

Mâcon, la ville aimée

Vidéo-verbalisation : un outil efficace pour sanctionner les comportements inacceptables

La municipalité a depuis de nombreuses années choisi de développer la vidéoprotection à Mâcon afin de répondre aux enjeux de sécurité, auxquels nous sommes confrontés dans notre ville comme dans tous les milieux urbains.
Les débats sur l’utilité des caméras appartiennent au passé, et toutes les communes s’équipent désormais de cet outil de prévention de la délinquance qui fait ses preuves au quotidien. Les avancées technologiques nous permettent par ailleurs de disposer de caméras de vidéoprotection toujours plus précises et donc plus efficaces au service de la sécurisation de l’espace public. Une grande partie des appareils dont dispose la Ville sont dorénavant directement reliés au centre de supervision urbain de l’Hôtel de Ville, où un agent assermenté peut si nécessaire intervenir à la suite de tout évènement répréhensible se produisant sur la voie publique. Le déploiement de ces caméras « reliées » se poursuit avec l’objectif de doter l’ensemble des quartiers de Mâcon de cet outil précieux dans la lutte contre l’insécurité, mais également contre les incivilités du quotidien.
Afin d’être toujours plus réactifs, la procédure de vidéo-verbalisation a été lancée au mois d’avril dernier par le moyen du réseau de caméras de la Ville. Cette possibilité, qui nous est donnée par la loi, offre un moyen incomparable d’action à notre police municipale, ainsi qu’à la police nationale qui peut consulter les mêmes images. L’objectif assumé est de lutter contre ces infractions et incivilités qui empoisonnent la vie quotidienne de nombre de Mâconnaises et de Mâconnais : rodéos, infractions répétées au code de la route, etc. La vidéo-verbalisation permet notamment de sanctionner les comportements routiers qui mettent en danger la vie des autres usagers de la route. Elle a pu également être utilisée ces derniers mois pour dresser des procès-verbaux à la suite de dépôts sauvages de déchets. Au total, ce sont déjà plusieurs centaines de contraventions qui ont été adressées directement aux contrevenants, à leur domicile.
L’intervention sur les images est possible, non seulement en direct, mais aussi a posteriori. C’est ainsi que les débordements constatés à la suite d’un mariage au mois de juin ont pu être sanctionnés après les faits, au moyen du visionnage des vidéos. Après ce mariage, célébré en mairie, 13 infractions au code de la route et cinq infractions au stationnement anarchique ont été relevées et sanctionnées comme il se doit. À cette occasion, les auteurs de ces actes inadmissibles ont pu noter qu’aucune tolérance n’est accordée pour les mariages. Sur ce sujet comme sur toutes les questions liées à l’insécurité, nous restons pleinement mobilisés pour le quotidien des Mâconnaises et des Mâconnais.

Le groupe des élus de la majorité, Mâcon, la ville aimée

Mâcon Citoyens

Prendre facilement le bus ou le vélo : un impératif pour demain

Le conseil communautaire a adopté jeudi 30 septembre son schéma des mobilités, qui fixe les grandes orientations des futurs déplacements en bus et vélo à l’échelle de l’agglomération. Treize élus de Mâcon et maires de communes rurales se sont abstenus de le soutenir. Et pour cause : ce plan n’est pas assez ambitieux au regard de nos besoins du quotidien et de l’urgence climatique.
Pour le vélo, le schéma prévoit 30 millions d’euros d’investissement dans des pistes cyclables. Sauf qu’au rythme actuel – 5 millions sur les six ans de la mandature – il faudrait 36 ans pour achever les 170 km de pistes envisagés (et indispensables) sur l’agglomération. Notre mobilité doit changer plus vite.
L’autre obstacle de taille est le cadencement des futures lignes de bus.
Le schéma prévoit en effet des passages toutes les 30 min sur deux lignes « fortes », toutes les 60 min sur plusieurs lignes «complémentaires» et toutes les heure-et-demi sur des lignes Azé-Mâcon et La Salle-Mâcon.
Si l’objectif des transports collectifs est de permettre à ceux qui n’ont pas de véhicule de se déplacer, à ceux qui veulent renoncer à leur deuxième voiture de franchir le pas, l’agglo se doit de relier ses zones d’habitation entre elles et de rapprocher ses habitants des services publics, marchands et lieux culturels, et réduire ainsi l’isolement. Un effort significatif doit donc être fait : une fréquence à 15 min sur les lignes fortes, à 20 min sur les lignes complémentaires, une ligne vers le TGV aux horaires du premier et dernier train, 7j/7, et un renfort des lignes entre lieux de vie et de travail.
En l’état présent ce schéma n’est pas à la hauteur des mobilités de demain.

Vos élu.e.s du groupe Mâcon Citoyens
facebook.com/maconcitoyens

Espace réservé à l'expression des groupes ou des élus n'appartenant pas à la majorité municipale