Environnement

Grippe aviaire : renforcement des mesures de biosécurité dans les basses cours

Si vous détenez des volailles de basse-cour ou des oiseaux captifs, consultez les mesures à appliquer pour protéger vos élevages et lutter contre la grippe aviaire (ou influenza aviaire).

Publié le

Comme plusieurs pays d’Europe, la France est confrontée à un épisode grippe aviaire (ou influenza aviaire) hautement pathogène depuis la mi-novembre. Ce virus atteint exclusivement les oiseaux ; il n’est pas transmissible à l’homme.

Pour lutter contre l’influenza aviaire, l’Etat a mis en place des mesures de biosécurité renforcées qui s’appliquent à l’ensemble du territoire national.

La vigilance reste donc impérative pour empêcher la propagation du virus.

Les mesures de protection des basses-cours

Si vous détenez des basses cours ou des oiseaux captifs destinés uniquement à une utilisation non commerciale, vous devez maintenir vos volailles en claustration (ne pas laisser divaguer les volailles, les maintenir à l’intérieur d’un bâtiment fermé). Si la claustration est matériellement impossible, vous devez réduire la surface des parcours extérieurs, interdire l’accès à une mare ou un cours d’eau et couvrir entièrement ce parcours avec un filet avec des mailles de 40 mm maximum.

L’application des mesures suivantes, en tout temps est rappelée :

  • protégez votre stock d'aliments des oiseaux sauvages, ainsi que l'accès à l'approvisionnement en aliments et en eau de boisson de vos volailles;
  • évitez tout contact direct entre les volailles de votre basse-cour et des oiseaux sauvages ou d'autres volailles d'un élevage professionnel ;
  • ne vous rendez pas dans un autre élevage de volailles sans précaution particulière ;
  • protégez et entreposez la litière neuve à l’abri de l’humidité et de toute contamination sans contact possible avec des cadavres. Si les fientes et fumiers sont compostés à proximité de la basse-cour, ils ne doivent pas être transportés en dehors de l’exploitation avant une période de stockage de 2 mois. Au-delà de cette période, l’épandage est possible ;
  • réalisez un nettoyage régulier des bâtiments et du matériel utilisé pour votre basse-cour et ne jamais utiliser d’eaux de surface : eaux de mare, de ruisseau, de pluie collectée… pour le nettoyage de votre élevage.

Si une mortalité anormale est constatée : conservez les cadavres dans un réfrigérateur en les isolant et en les protégeant et contactez votre vétérinaire ou la direction départementale en charge de la protection des populations.

Pour en savoir plus, consultez le site du ministère de l’agriculture.

Télécharger