Bienvenue sur le site officiel de la Ville de Mâcon

Vous êtes dans : Accueil > Embellir

Embellir

 

Le fleurissement à Mâcon

La ville de Mâcon compte 6 000 m² de surfaces végétalisées et fleuries (massifs, ronds-points…) en toute saison.

Tous ces ornements sont intégralement conçus par le service Cadre de vie de la Ville, y compris les sculptures en métal que l’on retrouve sur les ronds-points.

Fleurissement esplanade Lamartine © Ville de Mâcon

Massif de la gare © Ville de Mâcon

300 000 fleurs plantées par an

Pour assurer le fleurissement de Mâcon, 300 000 plants de fleurs sont plantés chaque année dans les serres municipales avant d’être repiqués dans la ville.

La Ville dispose de 5 ha de serres couvertes dans le secteur des Trappistines et sur la commune de Chaintré. Là encore plus qu’ailleurs, le recours aux traitements phytosanitaires est évité, ce qui permet de protéger l’environnement et la santé des agents.

Plantations © Ville de Mâcon

Plantations © Ville de Mâcon

Pierre-Jean Carpentiero, responsable du pôle du cadre de vie de la Ville

"Comme des couturiers"

Pour réussir le fleurissement d'une ville, il faut que l'environnement urbain soit à la hauteur : à Mâcon, si on enlève les fleurs, les alentours d'un rond-point restent paysagers avec de la verdure. Une décoration s'envisage à l'échelle de la ville, avec environ deux saisons d'avance, un peu comme les couturiers, pour commander les graines nécessaires. On peut choisir de faire l'unité avec des tons, par exemple, pastel au printemps et plus chaud l'été, ou bien en plantant une essence à hauteur de 10 % au moins dans chaque massif. Pour créer les motifs de décoration, nous nous inspirons du design, de l'architecture... Nous jouons avec les hauteurs et les tons en choisissant parmi les 160 plantes fleuries ou à feuillage dont nous disposons dans nos serres. J'insiste sur le travail d'équipe qui est mené, notamment avec mes adjoints Philippe Vachet et Stéphane Lapray.

Des ronds-points et massifs décorés en toute saison

La ville de Mâcon compte 6 000 m² de surfaces végétalisées et fleuries (massifs, ronds-points…) en toute saison : tapis de fleurs de printemps ou d’été, décorations d’automne, animations d’hiver pour Contes et Lumières… pas une saison ne passe sans que Mâcon ne soit parée de sa plus belle robe. Tous ces ornements sont intégralement conçus par le service Cadre de vie de la Ville, y compris les sculptures en métal que l’on retrouve sur les ronds-points.

Décorations rond-point © Ville de Mâcon

Des animations pour le grand public

Les jardins éphémères du 5 avril 2013 au 7 avril 2013

Pour la 1ère fois, à l'initiative de Jardins et plantes en Saône-et-Loire, émanation de la Société d'Horticulture et du Pôle Cadre de vie de la Ville, des jardins éphémères ont été présentés place Saint-Pierre : jardin contemporain et évolutif composé des variétés de fleurs de printemps, sculptures, et légumes.

Jardins éphémères place Saint-Pierre © Ville de Mâcon

Jardins éphémères place Saint-Pierre © Ville de Mâcon

Plantation de tulipes pour une action contre le cancer

La Ville a prêté une parcelle de 3 000 m² près du rond-point de Neustadt au Lions club. 45 000 bulbes de tulipes y ont été plantés par l'association dont la récolte a été vendue à des fins caritatives.

Chiffres clés :

  • 580 ha de nature à Mâcon
  • 300 000 fleurs
  • 6 000 m2 de massifs fleuris
  • 1000 jardinières et bacs hors sol
  • 1 arboretum
  • 1 coulée verte
  • Pour 1 arbre coupé, 8 sont plantés
  • 92 agents au service cadre de vie

Un cadre de vie embelli

Des espaces verts au cœur de la ville

Espaces verts du vallon des Rigolettes © Ville de Mâcon

Les espaces verts rythment la vie de la cité. L'hyper-centre en compte pas moins de 20 ha, comme le square de la Paix ou le vallon des Rigolettes qui offrent des respirations aux citadins. L'esplanade Lamartine réaménagée en 2007 associe le fleurissement, la détente et les activités de loisirs. La Voie bleue permet de rejoindre Saint-Jean-le-Priche, et au-delà, en empruntant les bords de Saône.

La biodiversité progresse

Les agents du service Cadre de vie l'ont constaté : certaines espèces d'insectes, comme les papillons et les abeilles ont fait leur retour en ville grâce à la présence de fleurs.

Arbres : protéger un patrimoine vivant

Parc du château d'Azé © Ville de Mâcon

La ville de Mâcon compte 303 ha de bois et de forêt, comme celle de Sennecé-les-Mâcon. Lors de travaux publics, une charte de l'arbre vise à les protéger, notamment leurs branches et racines.
Depuis trois ans, un verger conserve 150 espèces rares et anciennes d'arbres fruitiers dans le parc du château d'Azé. "Votre patrimoine arboricole est bien préservé et entretenu et les essences variées" , écrit le jury de Villes et Villages Fleuris.

L'arboretum de Flacé dispose d'un espace de 3,8 ha où sont conservées des essences d’arbres typiques (y compris fruitiers) de Bourgogne, réunies dans des alvéoles “ régionales ” qui restituent l’image du bocage bourguignon. On peut également y trouver des espèces venues du monde entier, une mare pédagogique ainsi qu’un belvédère d’observation.  Il est doté d’un entretien pastoral, autrement dit d’un troupeau de moutons  pour entretenir ses espaces enherbés, méthode qui fut la seule utilisée pendant des siècles. Le projet comporte également l’installation de ruches  (études en cours) qui favoriseront la pollinisation des essences d’arbres plantées sur place.

En téléchargement, la plaquette de présentation du parc du château d'Azé :

Favoriser le lien avec la nature

Jardins familiaux à Marbé © Ville de Mâcon

Plaisirs des sens et des poumons préservés, les espaces verts favorisent la vie de quartier. A Marbé, une coulée verte (parc promenade de 13 000 m²) et une trentaine de jardins familiaux ont été créés. 

 

Développement durable

Fleurissement rond-point de Neustadt © Ville de Mâcon

Une palette végétale qui protège l'environnement

A Mâcon, rien n'est planté par hasard. La palette végétale privilégie les plantes qui consomment peu d'eau, comme les vivaces. Jonquilles et narcisses se régénèrent, elles, d'une année sur l'autre sans intervention humaine. Le paillage des plantes, ou "mulching", évite l'évaporation de l'eau et conserve la chaleur.

Vive le zéro phyto en centre-ville

En centre-ville, les produits phytosanitaires ont été bannis depuis longtemps. Le désherbage se fait à la main ou thermiquement.
Autre solution, la voiture hippomobile introduite en 2009 qui concilie la protection environnementale, en travaillant à l'arrosage des massifs, et le développement social, puisqu'elle emploie une personne en insertion du CAT d'Hurigny.

Des méthodes écologiques et économes

La Ville de Mâcon utilise de plus en plus des modes de travail écologiques et économes.

Les coccinelles

3 millions de coccinelles australiennes sont libérées chaque année à Mâcon. Elles dévorent et éliminent les cochenilles farineuses qui attaquent les géraniums, les impatiens et pétunias, permettant ainsi de réduire, voire de supprimer, les traitements phytosanitaires.

Collecte hippomobile
© Ville de Mâcon
Les chevaux

Aujourd’hui, le cheval fait son grand retour en ville comme cantonnier, ou policier. Mâcon possède un service de collecte et d’arrosage hippomobile (900 bacs à fleurs de la ville) et une brigade équestre composée de 3 chevaux.

Moutons arboretum de Flacé
© Ville de Mâcon
Les moutons

L’arboretum de Flacé accueille une troupe de vingt brebis de race solognote dont subsistent seulement 3 000 têtes en France qui assure la tonte de cet espace de 2,5 hectares de juin à septembre.
Cette race en voie de disparition possède la particularité d’être rustique et de pouvoir se nourrir de tous les types de végétation.
Pendant des siècles, les moutons ont été utilisés pour la tonte. Ce retour à la tradition n’a donc rien d’un gadget, elle s’étend même au sein des collectivités, comme à Lyon.La méthode partage avec l’usage du cheval les mêmes avantages concernant la protection de l’environnement : plus de tondeuse bruyante et énergivore, des économies financières par rapport à l’entretien mécanique et la protection d’une espère animale rare. 

arrosage
© Ville de Mâcon
Des puits pour économiser l'eau traitée

Depuis 2008, les services techniques de la Ville disposent d'un puits de captage qui a été réhabilité et qui permet d'utiliser 35 à 40 000 m3 d'eau non traitée pour arroser les espaces verts et nettoyer les rues de Mâcon. La méthode existe aussi pour les jardins familiaux de Marbé et au centre équestre de Mâcon-Chaintré.

Formation des agents de la Ville

Les agents de la Ville de Mâcon suivent régulièrement des formations axées sur le respect de la biodiversité et des équilibres naturels.

Partager cette page sur :